La Königstiger Family

      1 Comment on La Königstiger Family

Ma passion pour l’histoire de la Seconde Guerre mondiale est née pendant mon adolescence, notamment grâce au maquettisme. Après les Warbirds, je me suis tourné vers les véhicules blindés. Cette pratique nécessitait un certain savoir-faire, mais aussi de recherches documentaires relativement poussées afin de parfaire le travail et en connaitre toujours un plus sur les unités et les opérations militaires. Mon intérêt pour le matériel volant, roulant ou voguant n’a jamais disparu. Aujourd’hui, j’ai eu envie d’en savoir plus sur les exemplaires du Panzer VI ausf B Tiger II conservés dans les musées militaires, et notamment sur leurs pérégrinations non pas pendant mais au lendemain du conflit.

  • Musée des Blindés, Saumur (France)

Numéro de série : 280112

Date de fabrication : mai 1944

Lieu de fabrication : usine Henschel und Sohn (Kassel-Mittelfeld)

Unité d’affectation : Schwere Panzer-Abteilung 503

Historique : Le char « 233 » (anciennement « 123 ») est abandonné le 23 août 1944 à Brueil-en-Vexin suite à une panne mécanique. Récupéré par l’armée française en septembre 1944. Il rejoint l’usine AMX de Satory pour y être remis en état. Au début de l’année 1945, le Tiger II est affecté à un escadron blindé français composé de chars de prise de guerre devant participer à la campagne d’Allemagne. Par la suite, il sera remisé à Satory jusqu’à ce qu’il rejoigne le Musée des Blindés de Saumur.

Le char Tigre de Saumur est le plus complet et le seul exemplaire roulant. Pour le voir en évolution, cliquez ici
  • Schweizerisches Militärmuseum, Full- Reuenthal (Suisse)

Numéro de série : 280215

Date de fabrication : juin 1944

Lieu de fabrication : usine Henschel und Sohn (Kassel-Mittelfeld)

Unité d’affectation : Schwere Panzer-Abteilung 506

Historique : Le char aurait été donné par l’armée française à l’armée Suisse mais aucun document n’atteste ce fait. Il semble que la France ait fait de même avec un autre exemplaire envoyé en Suède (Malheureusement, cet autre spécimen n’a pas survécu aux supplices des champs de tirs suédois). Dans les années 1950, le char est utilisé aux exercices de remorquage pratiqués à Thun. Le char Tigre II est ensuite exposé en extérieur dans l’enceinte de la base militaire. Il est enfin donné au Schweizerisches Militärmuseum en septembre 2006.

Le frein de bouche du Tigre suisse a semble-t-il été découpé ou arraché.
  • Tank Museum, Bovington (Royaume Uni)

Numéro de série : V2

Date de fabrication : novembre 1943

Lieu de fabrication : usine Henschel und Sohn (Kassel-Mittelfeld)

Unité d’affectation : aucune

Historique : Le prototype V2 doté d’une tourelle Porsche a été récupéré par l’armée britannique dans le centre d’essai de la Heer (Heeres Waffenprufungamt) d’Haustenbeck, près de Sennelager, en 1945. Il est envoyé en Angleterre en 1946 en même temps qu’un chasseur de char Jagdtiger. Il est envoyé à la School of Tank Technology de Chertsey avant de rejoindre Bovington.

Les chenilles d’origine du Tigre V2 ont été remplacées par celle d’un autre Tigre en 1945. La plaque arrière de la tourelle, conçue pour être amovible afin de permettre le démontage et le remontage du canon, a été perdue et remplacée par un panneau de bois. La coupole du chef de char a également été elle aussi perdue, vraisemblablement au même moment.
  • Tank Museum, Bovington (Royaume Uni)

Numéro de série : 280093

Date de fabrication : mai 1944

Lieu de fabrication : usine Henschel und Sohn (Kassel-Mittelfeld)

Unité d’affectation :1. Kompanie / Schwere SS-Panzer-Abteilung 101

Historique : Le char Tigre « 104 » est impliqué dans les combats de Magny-en-Vexin contre des chars britanniques. Il est immobilisé dans un champ après avoir cassé sa transmission. L’équipage abandonne le blindé qui reçoit peu après deux obus antichars sur le flanc droit de la caisse. L’épave est récupérée par l’armée britannique qui le rapatrie en Angleterre en janvier 1945 pour l’évaluer. Il est ensuite transporté au Military Vehicles and Engineering Establishment de Chertsey. Il est récupéré par le Royal Military College de Shrivingham avant de rejoindre le Tank Museum pour y être restauré.

Le Tigre II de Bovington n’a jamais pu être remis en état de marche, toutes les pièces mécaniques (moteur, transmission, boîte de vitesses) ayant été vendues en 1945.
  • December 44 Museum, La Gleize (Belgique)

Numéro de série : 280273

Date de fabrication : octobre 1944

Lieu de fabrication : usine Henschel und Sohn (Kassel-Mittelfeld)

Unité d’affectation : Schwere SS-Panzer-Abteilung 501

Historique : Le char « 213 » a été abandonné par le Kampfgruppe Peiper le 24 décembre 1944 à la ferme Werimont Farm à la sortie de la Gleize. Madame Jenny Geenen-Dewez rachète l’épave aux Américains en juillet 1945 au prix d’une bouteille de cognac. Elle est déplacée sur la place du village de la Gleize. Depuis, il est exposé devant le musée December 44.

Le tube du canon de 88 mm, en partie arraché par un obus américain, a été remplacé par celui d’un char Panther se trouvant à Malmédy.

Deutsche Panzermuseum, Munster (Allemagne)

Numéro de série : 280101 (280110 pour la tourelle)

Date de fabrication :

Lieu de fabrication : usine Henschel und Sohn (Kassel-Mittelfeld)

Unité d’affectation : Schwere SS-Panzer-Abteilung 501

Historique : Le char « 321 » (anciennement « 121 ») est abandonné par son équipage à La Capelle, près de Cambrai à la suite d’une panne de carburant en septembre 1944. L’équipe a pris soin de saboter le canon de 88 et le moteur. Le mastodonte, qui bloquait la route, a été poussé dans un champ en contrebas à coup de bulldozer.  Il est récupéré par le Royal Electrical and Mechanical Engineers dans le courant du mois de décembre 1944, puis expédié au centre d’Aberdeen aux États-Unis pour y subir une batterie de tests. Il est ensuite envoyé à Coblence (Allemagne). En décembre 1960, il rejoint les collections du Panzer Museum de Munster. Il est remis en état en 1982 avec l’aide de la société Wegmann de Kassel.

Le char Tigre II de Munster est en bel état mais il n’est pas roulant aux dernières nouvelles.
  • Patriot Museum, Kubinka (Russie)

Numéro de série : inconnu

Date de fabrication : inconnue

Lieu de fabrication : usine Henschel und Sohn (Kassel-Mittelfeld)

Unité d’affectation : Schwere SS-Panzer-Abteilung 501

Historique : Le char Tigre « 502 » est mis hors d’état de nuire le 14 août 1944 à Oględów. Le T-34/85 du Lieutenant Aleksander Oskin appartenant à la 53e brigade blindée de la Garde est parvenu à détruire 3 chars Tigre coup sur coup le même jour. Le « 502 » a été touché dans le compartiment moteur. Par la suite, il est transféré au centre d’essai de Kubinka avant de rejoindre le musée des blindés.

Le moteur et d’autres organes mécaniques ont été prélevés dans les années 1950. Seule la transmission est encore présente.  
  • Patton Museum of Cavalry and Armor (États-Unis)

Numéro de série : 280243

Date de fabrication : septembre 1944

Lieu de fabrication : usine Henschel und Sohn (Kassel-Mittelfeld)

Unité d’affectation : Schwere SS-Panzer-Abteilung 501

Historique : Le char “332” est un des 135 véhicules blindés abandonnés par le Kampfgruppe Peiper à la Gleize le 24 décembre 1944. Le blindé, qui se trouve le long de la route N33, est en bon état. Il est transféré par la 463rd Ordnance Evacuation Company à Spa (Belgique) avant de rejoindre Anvers pour être embarqué dans un navire en partance pour les États-Unis. Il est testé jusqu’au milieu des année 1950. L’Ordnance School le récupère au début des années 1960. Il séjourne plusieurs années à l’extérieur perdant sa peinture et ses marquages. Après 46 années passées à Aberdeen, il rejoint en 1991 le Patton Museum of Cavalry and Armour basé à Fort Knox pour y être restauré et exposé.

À des fins pédagogique, les côtés gauches de la tourelle et le caisse ont été retirés et remplacés par des parois en plexiglas, ce qui nuit à l’esthétique de la “bête”.

Des projets pour l’avenir

Le businessman britannique Kevin Wheatcroft qui collectionne les véhicules militaires depuis une trentaine d’année a en projet de remonter un char Tigre II complet (ainsi qu’un Tigre IE, excusez du peu) en assemblant des pièces provenant d’épaves de chars retrouvées ici et là. Il déclare qu’il dispose de 70% des pièces d’origine. Les pièces introuvables seront refabriquées. Si ce projet est ambitieux, le char Tigre II qui sortira des ateliers de Wheatcroft Collection ne possèdera pas d’histoire malheureusement.

À Fontenay-Saint-Père dans les Yvelines, l’épave d’un char Tigre II du Schwere SS-Panzer-Abteilung 101 gît toujours sous la route D913. Il a été détruit le 26 août 1944. La carcasse a servi à combler un cratère de bombe. Des morceaux de la tourelle ont été exhumés en 2001. La caisse se trouve toujours sous la route. La relique attire les convoitises de certains collectionneurs fortunés. Malheureusement pour eux,  le blindé étant enseveli sous terre, il appartient à la France et ne pourra être céder à un tiers. Avant qu’un programme de fouilles archéologiques ne soit lancé, il faut que la Mairie de Fontenay-Saint-Père, le Conseil départemental des Yvelines et l’État français se mettent d’accord. À suivre donc …

1 thought on “La Königstiger Family

  1. Daniel RUELENS

    De beaux gros bestiaux qui nous ont tous attirés un jour. Mon premier était au 1/72 chez ESCI… il y a un temps certain. Tactiquement pas à la hauteur de leur mythe, ceux du s.SS-Pz-Abt.101/501 restent mes préférés! Merci pour ce joli inventaire.

    Reply

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *