Into the Jaws of Death, le cliché du D-Day sur Omaha

Le matin du 6 juin 1944 à 7h40, le Chief Photographer de l’USCG (US Coast Guard) Robert F. Sargent fige sur la pellicule de son appareil l’Assault Team de la Company E du 16th Infantry Regiment (1st US Infantry Division) venant de quitter son LCVP (Landing Craft, Vehicle, Personnel) pour rejoindre le secteur de plage Easy Red non loin de la sortie E-3.

(c) US Coast Guard


Étrangement, pour les GI comme pour le photographe, le temps semble s’arrêter quelques secondes. Tous regardent avec effroi les hommes rampant dans l’eau et sur le sable pour échapper au feu croisé de l’ennemi battant la plage. Nombreux sont ceux qui ne bougent déjà plus. Le char Sherman No. 9 de la Company A du 741st Tank Battalion (on distingue son schnorckel sur lequel est peint le numéro du char) progresse lentement dans l’eau au milieu des obstacles. À quelques centaines de mètres sur sa gauche, les servants d’un redoutable canon Pak 43 de 88 mm l’observent, attendant le meilleur moment pour le terrasser. Trois chars sur six seront détruits en quelques minutes. Tandis que la majorité des hommes tente de se dissimuler dans le ressac, derrière les obstacles ou le talus de galets bordant le haut de plage, quelques uns progressent debout sous la mitraille. Plus haut sur les hauteurs dissimulées par des nuages de fumées, les défenseurs allemands, sans doute aussi terrifiés que leurs adversaires, font feu de toute leurs armes. Les soldats américains surchargés s’éloignent lentement de la barge de Sargent, marchant vers leur destin. Nul ne sait combien sont sortis vivant de ce maelstrôm de violence guerrière.

(c) US Coast Guard

Cet incroyable cliché est souvent attribué à tort à Robert Capa qui est arrivé dans le même secteur 10 minutes avant Sargent. Des points de comparaison permettent de penser que le reporter du magazine Life a débarqué une centaine de mètre sur la gauche. Compte tenu de leurs positions sur la plage (Capa est plus avancé et les chars n’ont pas encore quitté l’eau) et la progression de la marée, je pense que Sargent a pris son cliché avant Capa. Cependant, il peut s’agir d’un effet d’optique, causé par la hauteur des prises de vue et la différence de recul.

(c) Magnum / Capa / US Coast Guard

(c) Tous droits réservés. Christophe Prime, juillet 2020.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *