Les anges du Ciel : Les WASPs

      No Comments on Les anges du Ciel : Les WASPs

Comme dans tous les pays alliés, les femmes américaines prennent une part active à l’effort de guerre de leur pays. Les WASPs ont joué un rôle crucial, mais 34 années seront nécessaires pour que leur pays en prennent pleinement concience.

Quatre WASPs quittent un bombardier B-17 Flying Fortress de l’école de Lockbourne. (c) U.S. Air Force

En septembre 1939, l’aviatrice Jacqueline Cochran propose à l’armée de l’air américaine de créer une division féminine pour que des femmes-pilotes effectuent des missions d’ordre logistique et stratégique afin de libérer leurs homologues masculins de ces tâches et leur permettre de se concentrer sur des missions de combat. Les tâches du Ferry Command lui semble tout indiqué. La première dame des Etats-Unis, Eleanor Roosevelt, soutient sa proposition mais le chef d’état-major de l’Armée de l’air, le Lieutenant General Henri H. Arnold n’est pas convaincu. Il lui suggère de se rendre en Grande-Bretagne avec des aviatrices chevronnées afin d’intégrer l’Air Transport Auxiliary (ATA) pour en étudier le fonctionnement. Il lui promet de ne pas prendre de décision avant son retour. Cochran sélectionne 76 candidates. La plupart ont plus de 1000 heures de vol. Au final, seules 25 femmes sont sélectionnées après une batterie de tests. Elles partent avec Jacqueline Coshran en mars 1942 pour servir au sein de l’ATA.

Jacqueline Cochran pose dans le cockpit d’un chasseur P-40 Warhawk. (c) DR

Cependant, le cours des évènements va changer la donne. L’entrée en guerre du pays, le 9 décembre 1941, prend les forces armées américaines totalement au dépourvu. L’U.S. Army Air Force (U.S.A.A.F.) manque cruellement de pilotes et il va falloir plusieurs mois avant que les nouvelles recrues sortent des centres de formation. Les femmes sont appelées à la rescousse. La célèbre aviatrice Phoebe Omlie ouvre 66 écoles de vol dans 46 États pour former des hommes et des femmes pilotes dans des programmes d’entraînement militaire et civil.

« si les femmes peuvent enseigner aux hommes à marcher, elles peuvent leur apprendre à voler. »

Le General William Tunner s’occupe du recrutement aidé du Major Robert Love et sa femme Nancy, une pilote professionnelle. Arnold autorise au cours de l’été 1942 la création du Women’s Auxiliary Ferrying Squadron (WAFS). Celle-ci est effective le 10 septembre. Nancy Harkness Love en prend la direction.

L’aviatrice Nancy Harkness Love. (c) DR

De retour de Grande-Bretagne, Cochran, n’entend pas que les femmes pilotes soient utilisées pour le seul convoyage d’appareils au vu de l’expérience acquise au sein de l’ATA. Arnold l’autorise à créer une organisation indépendante de la première, le Women’s Flying Training Detachment (WFTD).

En août 1943, les deux unités fusionnent, donnant naissance au Women Airforce Service Pilots (WASP). Jacqueline Cochran en prend la direction tandis que Nancy Harkness Love est placé à la tête de la division de convoyage.

Organisées en 19 groupes, les pilotes du WASP qui possèdent en moyenne 1 400 heures de vol à leur actif et une formation de pilote commerciale, reçoivent un entraînement de 30 jours pour apprendre à voler selon la règlementation militaire. Cochran supervise la formation de centaines de pilotes sur l’aérodrome d’Avenger Field de Sweetwater (Texas). Les WASPs ne faisant pas partie de l’U.S.A.A.F., elles ne bénéficient pas des avantages des militaires et peuvent démissionner à tout moment, un choix que très peu feront.

Fifinella Walt Disney Wasp
Fifinella, conçue par Roald Dahl et dessinée par Walt Disney, devient la mascotte des WASPs. (c) DR

Un millier d’aviatrices du Women Air Force Service Pilots transfèrent des appareils flambant neuf des usines jusqu’aux bases aériennes, remorquent des cibles pour les exercices de tir, mais elles font également office d’instructrices et de pilotes d’essai. Elles prennent les commandes des chasseurs les plus rapides comme celle des lourds bombardiers quadrimoteurs. Au total, 16 650 avions de combat sont convoyés par les WASPs. Trente huit d’entre elles meurt en mission.

Les pilotes Dorothea Johnson et Dora Daugherty Strother acceptent de tester le tout nouveau bombardier B-29 Super Fortress … aucun pilote masculin n’ayant accepté de le faire.

Néanmoins, les femmes vont devoir laisser leurs places à leurs homologues masculins sortant des écoles de pilotage en nombre si important qu’il n’y a pas assez d’affectations pour les occuper. Le 20 décembre 1944, le Women Airforce Service Pilots est offciellement démantelé.


Elizabeth L. Gardner aux commandes d’un bombardier B-26 Martin Marauder. (c) NARA

En dépit des services rendus, les aviatrices américaines ne se verront pas octroyer le statut militaire. Les archives ne seront déclassifiées qu’en 1977, date à laquelle le président Jimmy leur accorde ce statut tant mérité. En 1984, chaque vétéran reçoit la World War II Victory Medal.


Le président Obama signe le document octroyant au WASP la Congressionnal Gold Medal en 2009.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *